Fondé il y a presque 150 ans à Courbevoie, installé à Neuilly depuis 1959, le club d’aviron le plus proche de Paris fait pleinement partie de l’histoire de ce sport.

 

Sa vocation première : l’accès de l’aviron au plus grand nombre et la formation des jeunes par la compétition. Il compte aujourd’hui 600 membres.

Le Cercle Nautique de France a été fondé en 1875 par l’un des pionniers de l’aviron, Adrien Fleuret, suite au départ de Reginald Gesling, sextuple détenteur du titre de champion de la Seine, de la Société des Régates parisiennes. Commence alors une épopée de près de 150 ans de conquêtes de titres acharnées que se sont livrés les clubs entre Seine et Marne. 

 

Une compétition acharnée entre Seine et Marne

CNFDe l’autre côté de la capitale, en 1876, la nouvelle Société nautique de la Marne forme une équipe qui deviendra la terreur des bassins, un « sextet » surnommé “l’Impromptu”.

En 1878, le CNF à son tour ouvre à Courbevoie le premier “boatclub”, en aval de l’actuel pont de Levallois. Dès lors, la star du moment Lein et ses équipiers reviennent côté Seine, avec de nombreux succès à la clef pour le CNF en France comme à l’international.

 

 

 

Le CNF investi pour la promotion de l’aviron

En effet, le Cercle Nautique de France organise le premier congrès des sociétés françaises d’aviron, qui a initié l’aïeule de la Fédération française des sociétés d’aviron. Il a été également à l’origine de la création du championnat de France à un rameur, de l’organisation des premières régates scolaires, d’un défilé devant l’île Seguin de plusieurs centaines d’embarcations, ou encore d’épreuves d’aviron lors des Lendits de la Jeunesse.

 

Le CNF débarque à Neuilly

CNFQuatre-vingts ans après sa création, bénéficiant de l’aménagement de l’île du Pont de Neuilly, le Cercle nautique de France s’installe dans de nouvelles installations.

 

Il va permettre à des rameurs de s’exprimer pleinement dans leur sport. Les titres vont se ramasser à la pelle :

  • doublé dès 1969 aux championnats de France pour Michel Stephan et pour Jacqueline Kustner-Josiane Massiasse (qui seront aussi 3èmes aux championnats d’Europe de 1971),
  • titre de champions de France pour Michel Stephan et Vincent Jumeaux en 1971 et 1972…

Le Cercle Nautique de France se hisse ainsi au premier rang des clubs d’Île-de-France. Dans les années 80, les médailles continuent à pleuvoir :  doublé en 1982 pour de jeunes équipages, Marc Vouret et Albert Bencheton, Claire L’Hospitalier et Marie-Caroline Pelou, ou en 1988 et en 1990 avec Marc Beaugars, Marc Vouret, Laurent Stenger, Benoît Le Delezir.

 

Le Cercle n’a pas pris une ride

Riche de son histoire, le Cercle Nautique de France est aujourd’hui pleinement ancré dans le présent. Il n’a jamais cessé de remporter des titres et de nombreux bateaux ont été médaillés.

Avec comme tête de pont, Albéric Cormerais, plusieurs fois champion de France et champion du monde en 2014, cette association loi 1901 a pourtant toujours tenu à garder l’esprit de ses débuts.

CNF

 

En effet, elle conserve à la fois son esprit de club universitaire et sa vocation d’ouverture et de déploiement de son sport. Pour preuve, le CNF est passé ces dix dernières années de 300 à 600 membres, dont une centaine de compétiteurs entre 12 et 58 ans. 

« Même si la compétition reste bien sûr importante à nos yeux, l’une de nos missions essentielles est de continuer à proposer l’aviron au plus grand nombre, dans les valeurs sportives que l’on a toujours défendues : respect, équité, éthique. C’est dans cet esprit d’ouverture et de lutte contre tout sectarisme que nous avons aidé à l’organisation de nombreuses manifestations. Nous voulons aussi passer dans une nouvelle ère en nous donnant les moyens de nos ambitions, à savoir conserver notre âme tout en continuant à nous développer. C’est pour cela que nous avons fait le choix de recruter des entraineurs et d’organiser à nouveau l’été prochain une course locale, » explique son Président Sébastien Dourdet.

Il est également tout à fait probable que le CNF devienne une base d’entrainement indoor et outdoor pour des équipages internationaux lors des JO de Paris en 2024…